La motricité globale

Définition de la motricité globale

Dans le langage courant souvent le terme motricité est utilisé comme synonyme de motricité globale. Or la motricité, qui est l’ensemble des fonctions qui assurent le mouvement, comprend deux composantes : la motricité globale ET la motricité fine. La motricité fine désigne les mouvements précis et localisés comme pianoter, écrire, siffler….  La motricité globale concerne les mouvements qui utilisent l’ensemble du corps.  

Voici quelques verbes d’action en lien avec la motricité globale :

          • Marcher
          • Courir
          • Sauter
          • Danser
          • Pousser
          • Soulever
          • Pédaler
          • Se balancer
          • Enjamber
          • Grimper
          • Rouler.
enfant qui marche vu de dos

Motricité globale et développement du jeune enfant

Le développement de la motricité globale est encore trop souvent associé et réduit aux seules étapes du ramper, du quatre pattes et de la  marche. Or de la naissance à la marche il y a de nombreuses autres compétences de motricité globale que l’Enfant acquièrent et bien que la marche soit une étape majeure, bien des choses se passent ensuite. L’enfant va développer des compétences telles que la course, le saut, l’escalade… Ainsi, le développement de la motricité globale se poursuit dans le sens : d’une automatisation du mouvement (plus besoin d’y penser, c’est automatique !) ; d’une diminution progressive des points d’appui (jusqu’au saut) ; d’une accélération du mouvement et d’une possibilité de faire plusieurs choses à la fois (marcher et parler en même temps).

 

Le développement de la motricité globale (compris dans le développement sensorimoteur) évolue en étroite relation avec les autres domaines du développement de l’enfant : ils sont tous liés et imbriqués. Pour rappel les autres domaines sont : le développement cognitif, le développement affectif, le développement social et le développement de la communication.

 

Les compétences motrices s’acquièrent principalement par la pratique au fur et à mesure que la maturation neurologique notamment le permet et que l’environnement humain et matériel est favorable. C’est par le mouvement que l’Enfant découvre la variété des possibilités que lui offre son corps. Avec le temps, il devient de plus en plus habile à adapter ses actions, augmentant en même temps son autonomie. Le développement de la motricité fine s’appuie sur la motricité globale qui en constitue la base. C’est aussi en bougeant que l’Enfant développera sa capacité à se situer dans l’espace et dans le temps et affinera la connaissance de son corps.

 

Ainsi, la motricité globale fait partie intégrante du développement de l’Enfant. Il a besoin de bouger pour grandir et s’épanouir. Et ce besoin est quotidien et revient plusieurs fois au cours d’un même journée. Il est donc essentiel d’offrir un environnement et des situations  adéquats et propices à la pratique du mouvement.

Quelques citations

Loin de n’être qu’une affaire de muscles, le mouvement est au fondement de l’évolution du cerveau. Alain Berthoz

Bouger, c’est se découvrir, chercher sa place dans l’espace et le temps. Christiane Pesci,  La motricité des premières années, Le journal des professionnels de l’Enfance, numéro 12, p.21

Libérer la motricité de l’enfant, lui donner les moyens d’accéder à la conquête de sa propre autonomie, mettre à l’ordre du jour la gaieté et la joie de partir à la découverte du monde et de soi-même. Jeanine Lévy et Danielle Rapoport

%d blogueurs aiment cette page :